Ce matin, j'ai pris ma plume et j'ai écrit au premier ministre :

M le premier ministre,
vous réfléchissez actuellement à trouver le meilleur moyen de compenser la perte de recette pour la sécurité sociale d'une baisse des cotisations pesant sur le travail, et je m'en réjouis.
A priori, vous privilégiez une augmentation de la CSG, taxe proportionnelle, car la TVA est perçue comme une taxe dégressive, dont le taux serait plus faible pour les riches que pour les pauvres.
Je ne sais pas si c'est exact (il me semble que les produits de première nécessité sont taxés à 5,5% ou moins alors que les produits de loisirs sont à 19,6%), mais je vous propose de la rendre nettement progressive. Par exemple en éxonérant de TVA tous les biens de première nécessité (aliments frais, énergie de base, transports collectifs) ainsi que les produits verts et en augmentant à au moins 25% le taux normal sur les autres produits, comme dans les pays Nordiques.
Par rapport à la CSG, la TVA a l'avantage de ne pas peser directement sur les revenus : elle correspond à une sorte de dévaluation compétitive qui nous est absolument nécessaire, alors que nos voisins ont fait de considérables efforts qui ont réduit notre compétitivité relative, si on veut éviter une baisse des salaires en France.

Cordialement

On verra s'il la lit...