En quelques jours, le gouvernement enchaîne !

Arnaque numéro 1 : le livret A à 3,5%. Depuis 2003, la fixation du taux du Livret A était dépolitisée. Le mode de calcul répondait à deux logiques, rémunérer plus les épargnants qui prêtent leur argent si : 1/ Celui-ci manque dans le circuit bancaire (représenté par le taux d'interêt EURIBOR à 3 mois) et 2/ l'inflation est élevée. Ces deux facteurs sont réunis aujourd'hui, ce qui impliquait mécaniquement un Livret A à 4%, mais la Banque de France et le gouvernement ont remis en cause une des rares mesures justes mises en place par le précédent ! François Fillion a de plus décidé de modifier le calcul futur en enlevant les 0,25% de bonus qui étaient ajoutés à la moyenne entre taux d'interêts et inflation. Tout cela pour ne pas concurrencer les produits de leurs amis les banquiers, dont les contrats d'assurance vie sans risques (qui imposent d'y bloquer son argent pour plusieurs années) rapportent désormais moins de 4%.

Arnaque numéro 2 : le Livret d'Epargne Populaire à 4,25%. Ce livret, réservé aux ménages ayant payé moins de 732€ d'Impôt sur le Revenu l'année précédente, et plafonné à 7700€ de dépôts, bénéficie normalement d'un taux d'1% de plus que le Livret A, soit 5% en théorie aujourd'hui. Eh bien, les ménages les plus pauvres se sont fait encore plus arnaquer : de 0,75% !

Arnaque numéro 3 : le financement de France Televisions et de Radio France par une multitude de taxes. Ainsi, en plus du prix de vos abonnements internet et mobiles, le prix de vos téléviseurs, micro-ordinateurs et téléphones mobiles sera augmenté d'1 à 2% par une nouvelle taxe. Vous voyez que Sarkozy pouvait faire quelque chose de plus pour votre pouvoir d'achat : le diminuer ! Le gouvernement pense que "la plupart des industriels de ce secteur sont asiatiques [et que] les taxer ne devrait pas être trop impopulaire" selon Les Echos. Ce serait oublier les usines d'assemblages en France et en Belgique du numéro 1 historique des téléviseurs en Europe.

Si vous permettez de revenir sur les raisons qui ont motivé Sarkozy à vouloir supprimer la pub sur France Télévisions, j'ai cité le copinage (favoriser les revenus de ses copains Bouygues, Bolloré et Lagardère), mais j'ai oublié une autre raison importante : la vangeance personnelle ! Rappelez-vous, dimanche 18 mars 2007, Sarkozy invité à France Europe Express sur France 3 qui avait du patienter qu'un siège se libère dans la loge pour être maquillé, avait pété les plombs : "Personne n'est là pour m'accueillir. Toute cette direction, il faut la virer. Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ca ne va pas tarder." Nous y voilà.

Comment tous les journalistes sans exception ont-ils pu ne pas faire le lien entre ces deux affaires ?!