C'est ce qu'avait trouvé Ségolas Sarkolène pour garder ses moutons bien au sage dans leur enclos. Mais avait-ce un sens?

Et si je vous disais que la victoire de Bayrou menacerait la survie du FN? Et si c'était un militant FN qui expliquait lui-même pourquoi? Extraits (je précise que je suis tombé sur un blog FN par hasard, en cherchant des news sur Bayrou!).

"En réalité la chute annonçée de Bayrou dans les sondages et sa propre éviction du club des présidentiables remettent les choses en place. En effet, il arrivait parfois, dans certains cénacles proches de notre famille d'idées, d'imaginer au nom d'une hasardeuse finesse stratégique, de voter pour le candidat centriste. Le risque d'une telle démarche inconsidérée était grand.

Outre le fait que Bayrou n'a rien d'un candidat anti-systhème, son éléction aurait été finalement un service rendu à Sarkozy qui se serait trouvé de fait dans le rôle de Chirac en 1976 face à Giscard. Le rôle du recours providentiel, celui du sauveur de la droite...celui en vérité du parfait piège à gogos. La chute de Bayrou aura au moins l'avantage  d'éviter à la droite nationale et identitaire ce terrible come-back au coeur des années de traversée du désert."

http://voxfnredekker.canalblog.com/archives/2007/04/03/4501829.html

Un paysage politique avec Bayrou président, ça ressemblerait donc à :

- un centre élargi (de la gauche moderne à la droite modérée) au gouvernement et majoritaire au parlement

- deux oppositions (présentes à l'assemblée), une à gauche avec Fabius et Besancenot ; une à droite avec Sarkozy et ses copains.

Le FN n'aurait plus de raison d'être !