"Je pense aux plus jeunes. Je pense à ceux qui, à 20 ans, à 18 ans, commencent à se former une idée de leur avenir, comme femmes, comme hommes, de leur volonté de se mettre au service du  pays, de servir l'intérêt général, peut être de faire au service du pays, une carrière. A ces garçons et ces filles, on leur met finalement dans la tête que l'on ne fait pas carrière par la compétence, par l'honnêteté, par l'impartialité, par le courage, par le caractère. On leur met dans la tête que, en France, on ne fait, en réalité, carrière que parce que l'ont est dans la bonne équipe et que l'on a décidé de servir celui qui vous donnera les prébendes et les avantages par lesquels seuls, dans notre pays on peut avancer.

.... On a perverti l'esprit public dans notre pays. On a abandonné l'idée que c'était l'honnêteté qui faisait la grandeur du service. On a laissé se bâtir des moeurs qui font que, chaque fois qu'un Gouvernement arrive, il nomme les siens à toutes les places, alors qu'il devrait simplement chercher à garantir qu'elles soient occupées oar les plus compétents au service du pays."

L'intégralité du discours ici.